05/03/2019

Petit historique de la Vallée

La naissance de ce projet a commencé en 2001 par la constitution d’un outil numérique simple, le site poesieromande.ch, qui a permis d’identifier les acteurs de la poésie sur le territoire de l’Ouest de la Suisse. Il marquait alors une entrée résolue de la poésie en Suisse romande dans le numérique et dans les principes de la valorisation du fonctionnement en réseau. Ce site a eu pour fonction de valoriser les actes poétiques sur un territoire, la visibilité (plus de 100.000 visites en 2017) et de redistribuer la reconnaissance plus largement.

Répertorier les acteurs de la poésie : poesieromande.ch

Le site créé en 2011 a d’abord servi à répertorier l’ensemble des événements poétiques en Suisse romande. Par « événements », il a fallu entendre non seulement les livres publiés, mais les rencontres, les lectures, les performances ou encore les conférences. En voulant rassembler ces informations, nous avons dû redéfinir ce qu’était un « événement poétique » par-delà la sortie d’un livre. Nous avons alors constaté le nombre important d’événements sur un territoire comptant environ deux millions d’habitants.

Mobiliser et synchroniser les acteurs : Printemps de la poésie

Quatre ans de collecte de données ont précédé la mobilisation des acteurs ; c’est dire si la connaissance du terrain est un préalable à la mise en place du festival. L’idée forte du festival consistait justement à mettre en valeur les ressources existantes, à ne pas « produire » des événements, mais à inviter tous les acteurs de la poésie à se synchroniser pour produire le festival. Cette perspective rejoignait une écologie de la gestion des richesses. Faut-il toujours produire plus pour exister ou pouvons-nous rendre visible et gérer mieux ce qui existe déjà ? Ce choix permettait d’engager une dépense légère, tout en activant le principe du réseau d’acteurs. Tous les acteurs de la poésie, c’est-à-dire tous ceux qui réalisaient des actions à partir de ce mot, étaient invités à produire un événement poétique, selon leurs choix et leurs habitudes, pendant une quinzaine de jours sur un territoire.

Ré-énergiser le milieu poétique : les Assises de la poésie 2018

Par ce biais, la « ré-énergisation » (Fischer, 2012) du milieu poétique a pu se faire dans la mesure où un plus large public, une presse nombreuse reprenaient contact avec des événements poétiques. La poésie, bien plus qu’un poète, redevenait un sujet important. Pourtant, davantage que la seule gratification par la visibilité collective, le fait de participer à une histoire de la poésie autrement, de trouver place dans les recherches actuelles, d’être reconnu comme un acteur contemporain et de participer à un laboratoire poétique ouvert sur une région sont devenus progressivement des éléments centraux d’une coopération entre les institutions. Parallèlement, des articles et les Assises de la poésie en 2018, organisées par l’Université de Lausanne et la HEP-Vaud, ont donné au processus une réflexivité dans la didactique et l’éducation à la poésie.

Vers la « Vallée lyrique » : Welcome 2019!

Le projet Lyrical Valley est l’aboutissement d’une série d’actions qui valorisent la poésie. Que ce soit par la création, l’élaboration d’événements, la critique, l’ingénierie, toutes les méthodes transdisciplinaires se rassemblent pour souligner les forces d’un territoire poétique. Trois horizons d’action sont alors investis : le patrimoine poétique (régional et transnational), le réseau contemporain (création et critique), les innovations à l’ère numérique. S’appuyant sur les outils développés précédemment, ce dispositif vise à montrer l’importante place de la Suisse romande dans la poésie mondiale, non sans sourire face à la toute-puissante Silicon Valley. À la fois sérieuse et décontractée, ironique et sans complexe, cette expérience veut réenchanter le quotidien par l’ancrage dans un territoire tout en l’interconnectant mondialement pour vibrer avec sensibilité face aux splendeurs qui nous entourent.